Sélectionner une page
Miles Gloriosus

Miles Gloriosus

Miles Gloriosus

- Prima Mondiale -

Photo Yvan Teulé

Miles Gloriosus

– En Première Mondiale –

Photo Yvan Teulé(Affiche officielle)

L’École Internationale de Mime Corporel Dramatique de Paris présente Ivan Bacciocchi et Camillo Grassi dans Miles Gloriosus (Le soldat fanfaron) de Plaute (Titus Maccius Plautus né vers 254 av. J.-C.) avec Anna CapellariVenula Cauli,  Jacopo Costantini,  Cosette DuboisMauro Eusti,  Jason Ribes et des élèves de l’ÉCOLE INTERNATIONALE DE MIME CORPOREL DRAMATIQUE de Paris, Masques réalisés par Anna Cappellari, directrice adjointe Natalie Stadelmann (Suisse). Réalisé par Ivan Bacciocchi. Les personnages et les interprètes : Sceledro : Ivan Bacciocchi, Milfidippa : Camillo Grassi, Palestrione : Jacopo Costantini, Periplectomeno : Camillo Grassi, Acroteleuzia : Anna Cappellari, Pirgopolinice : Mauro Eusti, Filocomasia : Veluna Cauli, Pleusicle : Jason Ribes (France), Artrotogo : en cours de définition, Nocchiero (personnage masqué) : Cosette Dubois (Guatemala) chœur : Takahiro Narumi (Japon), Yannick Barnole (France), Juan Fernandez (Chili), Iryna Labetskaïa (Russie), Clotilde Pradere (France), Paola Olarte (Colombie), Anna Cappellari, Veluna Cauli, Jason Ribes (France), Cosette Dubois (Guatemala).

Durée du spectacle : 1 heure et 20 minutes, drame en un acte, “Miles Gloriosus” est la comédie de Plaute, la plus longue qui nous soit parvenue. L’intrigue est riche et variée et tourne autour d’un soldat fanfaron, nommé Pirgopolinice. Le soldat kidnappe, une jeune courtisane nommée Filocomasia amante de Pleusicle et profite de l’absence de ce dernier pour l’amener à Ephèse.

Palestrione, l’esclave rusé de Pleusicle, part sur les traces de Filocomasia. Et après différentes mésaventures, il finit pour retrouver le soldat et parvient à appeler son patron, le jeune Pleusicle, qui est hôte du vieux Periplectomeno, dont la maison est voisine de celle du soldat.

Palestrione élabore un plan pour sauver Filocomasia, faisant croire à Pirgopolinice, que la riche femme de Periplectomeno est éperdument amoureuse de lui. Sa ruse, est telle qu’il arrive à faire croire à l’escave du soldat, Sceledro, qui a vu Filocomasia et Pleusicle s’embrasser, que la femme qu’il a vu n’est pas la concubine du soldat mais sa soeur jumelle. 

Ce jeu de duplicité est un expédiant très utilisé dans la comédie latine, et particulièrement chez Plaute.

Photo Yvan Teulé

Formés à l’art prodigué par l’École Internationale de Mime Corporel Dramatique de Paris, un groupe de dix mimes, de diverses nationalités, accompagnés sur scène par un groupe d’acteurs Italiens, se confrontent dans un classique de la Comédie Latine : “Miles Gloriosus” de Plaute. Ce croisement entre cultures théâtrales de diverse provenances, veut être une proposition originale qui relie les uns et les autres, les mettant en relation à travers leur chorégraphie, jeux de masque et théâtre classique. Le but étant de proposer une lecture originale d’un drame antique classique. A travers une série de « tableaux », le spectateur est transporté dans un combat de rue, l’intimité des jeux de l’amour, il se retrouve dans la vie quotidienne d’une place, et d’un banquet, ou tout à coup plongé dans la poésie absurde d’une maison qui parle. La mise en scène de Ivan Bacciocchi donne une grande place au théâtre visuel faisant ainsi, de la coexistence du Mime et du Théâtre Classique, une vraie réussite.

Note de la direction : Le mime est pas un art narratif, il est fait de présence et d’actions qui veulent évoquer les différents moments d’un développement dramatique, en donnant une lecture évocatrice, poétique et métaphorique. Laissant ainsi, au spectateur, la possibilité de donner vie a son propre monde imaginaire. Notre soldat fanfaron se vente de batailles qu’il n’a jamais combattues et se vante de conquêtes féminines, qu’il n’a jamais faites. Son seul talent est la parole, dont il use pour narrer ses incroyables et fabuleuses aventures. Le transformant ainsi en un héros comique et grotesque par ses inoffensives fanfaronnades. Il nous offre la certitude de rire, nous permettant de fuir, ne serait-ce que pour un soir, l’ennui des problèmes quotidiens. Mais alors, pourquoi tous complotent contre lui ?

Et si sa vanité nous fait tant rire, ne serait-ce pas parce que, elle n’est pas aussi… un peu la notre ? Ivan Bacciocchi

Copyright by Yvan Teulé

Photo Yvan Teulé

Miles Gloriosus

– Prima Mondiale –

Ecole Internationale de Mime Corporel Dramatique di Parigi presenta Ivan Bacciocchi e Camillo Grassi in di Tito Maccio Plauto e con Anna CapellariVenula Cauli,  Jacopo Costantini,  Cosette DuboisMauro Eusti,  Jason Ribes e alcuni degli allievi della ECOLE INTERNATIONALE DE MIME CORPOREL DRAMATIQUE di Parigi Maschere realizzate da Anna Cappellari Aiuto regista Natalie Stadelmann (Svizzera) Regia di Ivan Bacciocchi Personaggi e interpreti: Sceledro: Ivan Bacciocchi Milfidippa: Camillo Grassi Palestrione: Jacopo Costantini Periplectomeno: Camillo Grassi Acroteleuzia: Anna Cappellari Pirgopolinice: Mauro Eusti Filocomasia: Veluna Cauli Pleusicle: Jason Ribes (Francia) Artrotogo: in corso di definizione Nocchiero (personaggio mascherato): Cosette Dubois (Guatemala) Coro: Takahiro Narumi (Giappone), Yannick Barnole (Francia), Juan Fernandez (Cile), Iryna Labetskaïa (Russia), Clotilde Pradere (Francia), Paola Olarte (Colombia), Anna Cappellari, Veluna Cauli, Jason Ribes (Francia), Cosette Dubois (Guatemala) Durata dello spettacolo: 1 ora e 20 minuti, atto unico Trama Il “Miles Gloriosus” è la commedia di Plauto più lunga a noi giunta. La trama è ricca e articolata e ruota intorno a un soldato vanesio e fanfarone, Pirgopolinice. Il soldato rapisce, portandola con sé a Efeso, una giovane cortigiana, Filocomasia, amante di Pleusicle, lontano da Atene in quel momento. Il furbo schiavo del giovane, Palestrione, si mette sulle tracce di Pirgopolinice. Dopo una serie di disavventure, lo schiavo riesce a raggiungere il soldato e a far chiamare il suo padrone. I due sono ospiti del vecchio Periplectomeno, vicino di casa del soldato. Palestrione escogita un piano per salvare Filocomasia, facendo credere a Pirgopolinice che la ricca moglie di Periplectomeno sia innamorata di lui. Ulteriore beffa è quella ordita da Palestrione nei confronti dello schiavo del soldato, Sceledro. Sceledro, infatti, vede Filocomasia e Pleusicle baciarsi, e Palestrione, per evitare che Pirgopolinice lo scopra, fa credere all’altro schiavo che il giovane non sta baciando Filocomasia, ma la sorella gemella. Quello del doppio è un espediente molto utilizzato nelle commedie latine, soprattutto da Plauto. Photo Yvan Teulé

Formati all’arte del Mimo alla Scuola Internazionale di Mimo Corporeo Drammatico di Parigi, un gruppo di dieci mimi, di diversa nazionalità, accompagnati in scena per un gruppo di attori Italiani, si confronteranno con uno dei classici della Commedia Latina: “Miles Gloriosus” di Plauto. Questo incrocio fra culture teatrali di diversa provenienza, vuole essere una proposta originale che vuole mettere in relazione fra di loro coreografia, gioco mascherato e teatro classico. L’intento è quello proporre una lettura originale di un classico della drammaturgia antica. Attraverso una serie di “quadri”, lo spettatore è trasportato, da una rissa di strada, all’intimità del gioco amoroso, per ritrovarsi poi nel quotidiano di una piazza e di un banchetto, fino all’assurda poesia di una casa che parla. La messa in scena di Ivan Bacciocchi lascia ampio spazio al teatro visuale riuscendo così a far coesistere Mimo e Teatro Classico.

Note di regia Il mimo non è un arte narrativa, è fatto di presenze e di azioni che vogliono evocare i diversi momenti di uno sviluppo drammatico, proponendone una lettura evocativa, poetica e metaforica. Allo spettatore viene così lasciata la possibilità di dar vita al suo mondo immaginario. Il nostro soldato fanfarone si fregia di battaglie che non ha mai combattuto e si vanta di conquiste femminili che non ha mai fatto. Il suo solo talento è la parola, che usa per narrare le sue incredibili e favolose avventure. Trasformandosi così in un comico, grottesco e innocuo eroe di fanfaronate. Con lui c’è la certezza di ridere, potendo così sfuggire, anche solo per una sera, alla noia e ai problemi del quotidiano. Ma allora, perché tutti complottano contro di lui? La sua vanità che ci fa tanto ridere non è forse un po’ anche la nostra? Ivan Bacciocchi

Copyright by Yvan Teulé

Le maître du silence…

Le maître du silence…

Le maître du silence…

Peter Shub (au centre) est un mime et un clown de renommée internationale, lauréat du prix du Festival du Cirque de Demain de Paris et du célèbre Festival international de Monte-Carlo.

Fin janvier, cette étoile du mine était dans nos murs, très précisément à l’École Internationale de Mime Corporel Dramatique, située rue Gaston-Lauriau. Il y a animé une masterclass qui a convaincu les élèves, qui l’ont remercié par le geste de son enseignement. Cette école est dirigée par Ivan Bacciocchi, membre du GLAM (Groupe de liaison des arts du mime), dépendant du ministère de la Culture. Elle propose une palette de formations professionnelles autour des « Arts du mime et du geste ». Des ateliers pour amateurs sont accessibles à tous. www.mimecorporel.com

Le Montreuillois N° 28

Jean Reno & Georgia May Jagger à la ‚The Artist‘

Jean Reno & Georgia May Jagger à la ‚The Artist‘

Jean Reno & Georgia May Jagger à la « The Artist »

Da haben die Macher aber ein gutes Gespür bewiesen! Gerade räumte der französische Stummfilm „The Artist“ fünf Oscars ab (Viply berichtete), da präsentiert das Magazin Harper`s Bazaar eine klassische, schwarz-weiße Modestrecke im Stil der 20er, bei der auch „The Artist“-Regisseur und Oscar-Preisträger Michel Hazanavicius mit verantwortlich zeichnete!

Wenn das mal keine schöne Abwechslung ist. Stars im vom Stummfilm inspirierten Foto-Shooting sind der französische Schauspieler Jean Reno („The Da Vinci Code – Sakrileg“) und Model Georgia May Jagger. Er mimt einen Magier, sie seine Muse. Und dann gibt es da noch den „störenden Verehrer“, dargestellt vom weltbekannten Pantomimen Ivan Bacciocchi. Der Zauberer kann seine Flirterei mit Georgia nicht ertragen. Da ist zu viel Eifersucht im Spiel. Wie die Geschichte ausgeht, ist in der Galerie zu sehen!

Nicht unerwähnt bleiben soll die Mode, um die es eigentlich geht. Georgia trägt Kleider aus den neuen Frühling-Sommer-Kollektionen von Ralph Lauren, Gucci, Burberry Prorsum und Alberta Ferretti. „Ich liebe diesen Glamour. Es hat Spaß gemacht, sich mit Diamanten, Federn, Haarbändern, Hüten und Handschuhen zu schmücken“, erklärte sie nach dem Shooting.

Repérage

Repérage

« Qui sont ces drôles d’acteurs pour qui le silence est d’or ? »

 

Émission présenté Katherina Marx et reportage faite par Chloë Audrain pour Miss Luna Films

Mime corporel

Faut-il croire le mime sur Parole ?

Faut-il croire le mime sur Parole ?

Photo Yvan Teulé

Création 2003

Ecrit et mis en scène  par Claire Heggen et Yves Marc
Avec Ivan Bacciocchi

// Grande et petites histoires du mime
Un acteur, conférencier, démonstrateur, illusionniste, fait renaître avec humour et poésie les figures de Livius Andronicus, d’Arlequin, du Pierrot de Jean-Gaspard Debureau et des Enfants du Paradis, de Charlot ou encore de Bip de Marcel Marceau. Pour un instant, il convoque la statuaire mobile d’Etienne Decroux, l’acteur total de Jean-Louis Barrault, le clown ou le bouffon de Jacques Lecoq.

Pris au piège du titre, Ivan Bacciocchi va tenter de relever le défi. Muni d’une valise insolite, il va, par sa verve, faire revivre vingt-cinq siècles d’histoire du mime et du théâtre.

Pour une conférence sur l’histoire du mime de l’Antiquité à nos jours, il fallait un conférencier, ou plutôt un conteur, capable de raconter de manière ludique et passionnée la grande et les petites histoires du mime.
Il fallait un mime rompu aux difficiles techniques de la Commedia dell’arte, de la pantomime et de celle particulièrement rigoureuse d’Étienne Decroux. Il fallait un acteur capable d’imiter les grands du cinéma muet, de se glisser dans les codes du clown ou du masque. Nous avons trouvé Ivan Bacciocchi, mime, acteur, improvisateur, professeur.

À vous bientôt d’en découvrir le talent aux multiples facettes…

Au Palais de Tokyo

Au Palais de Tokyo

Palais de Tokyo, Paris / photo Yvan Teulé

 

Ivan Bacciocchi au Palais de Tokyo

« Le Palais de Tokyo est un lieu intense ». Avant la réouverture, une entre ouverture viendra donner cette couleur en programmant son compteur pour 30 heures de manifestations non-stop, du jeudi 12 avril à 18h au surlendemain minuit, avec autant de concerts que de performances, de spectacles et de conférences.
« 30 heures, c’est court ! relève Jean de Loisy. Il faut en permanence que ce lieu soit habité, désiré. Sans silence. J’ai envie de dire aux artistes, allez-y, le Palais est à vous ! Car il ne s’agit pas de regarder l’art, mais de l’éprouver. C’est le sens de ma vie et j’essaie de le faire partager. » Le site – hormis les espaces de La Triennale en montage – sera donc, pendant ces deux longs jours, entièrement investi par les artistes qui dessineront « un parcours performatif inédit aussi riche que varié ». Ange Leccia fera réfléchir, par exemple, à l’aide d’un immense miroir, les courbes du Palais, Hajnal Nemeth démantèlera la carcasse d’une voiture
au rythme d’un opéra surréaliste, le mime Ivan Bacciocchi interprétera dans le cadre du module de Maxime Rossi une série de sons anodins – d’une porte qui grince à un bruit de canalisation, à un chien qui aboie –, François Curlet viendra lire tous ses SMS envoyés depuis dix ans… On pourrait continuer comme ceci des lignes et des lignes tant la programmation est abondante. Jean de Loisy n’a pas peur du « trop ». Au contraire, selon ses propres dires, « il n’y en a jamais assez ! »
Marceau said much with his silent act

Marceau said much with his silent act

The world-famous master of mime Marcel Marceau died on September 22nd at the age of 84. Marceau achieved world fame when he created Bip, his on-stage persona, a sad-faced tragi-comic figure. Bip expressed happiness and hope, solitude and despair. He showed life in all its beauty and fragility. Radio France International’s Christine Pizziol-Griere has this report: I’m at the “Atelier de Belleville”, a Mime school run by Ivan Bacciocchi in Paris. He’s guiding his students through a whole range of mime gestures. We tilt our heads to the right, then bounce back to centre, repeat the movement adding the neck, then the chest, followed by the torso. There’s a real sense of rhythm here. Bacciocchi trained as an actor in his native Italy before coming to Paris to study miming at the school of Etienne Decroux. He then worked alongside Marcel Marceau for 10 years at Marceau’s mime school. “ Marcel Marceau was somebody who mastered the art of speaking. He loved to talk… he enjoyed telling anecdotes about his life or about the people he knew. He was a very warm individual and reached out to others. He was a true humanist; he looked upon others, on humanity with a big heart. He could be upset by tragic events and gladdened by all the little things in life. In daily life he was a very down to earth person.”

Marcel MarceauI asked some students what brought them to this mime workshop. Marjolaine Levebre is learning the art of mime for her work as a magician.

“I think it can help me on stage to be more present, more efficient.”

What do you like about miming?

“The silence, the body is speaking, your imagination has to work. You can’t just see and be passive. As a spectator, you have to be active, to see and understand; you are engaged.”

“What did Marcel Marceau represent for you?”

“Marcel Marceau gave his art to all publics, Marceau tried to make miming more popular.”

Marjolaine hopes that Marceau’s death will revive interest in the art of mime. Another student, George Ede, explains how he’s joined the mine group:

“It was actually a gift from my wife…On my birthday she gave me an envelope with money inside and a date and address and said show up there…. work is stressful, I’m travelling between Paris and New York and this gives me an opportunity to improvise and think like a child; it’s kind of fun.”

In one famous sketch, Marcel Marceau plays all the characters in a park from little boys playing ball to old ladies knitting. In his act ‘Youth, Maturity, Old Age, Death, he showed the passing of an entire life in just minutes. He tamed lions, flirted with ladies at cocktail parties, tried to escape from glass boxes and cages. He adored silent film star Charlie Chaplin. He was also a fan of Buster Keaton and the Marx Brothers. Marcel Marceau was revered by people in Japan and North America. But his relationship with his home country was more complicated and he performed less on the French scene in the past 20 years. Was he seen as old-fashioned? Or is it the case that no one can be a prophet in his own land? Ivan Bacciocchi regrets the closing of Marcel Marceau’s mime school in 2005 and worries about the future of mime in France:

“Although the art of mime is disappearing rapidly, work on body expression is flourishing. But what remains of this heritage? It’s not a building! As you can see, there’s a method, and rules. What will remain of this heritage if it’s not passed on? So that is a real dilemma because we’re losing memory, memory that’s been developed over many years of research. It’s as if contemporary dance turned its shoulder on classical dance, saying ‘you no longer interest us, we’re only going to do modern or post-modern dance’. All the founders of modern dance started out with classical dance. Mime is heritage that should be protected, studied and passed on. France, the homeland of Jean-Louis Barrault, Etienne Decroux and Marcel Marceau — all masters of mime — should have done more to defend its heritage.”

Marcel Marceau invented over 250 hand signs. He influenced countless younger performers. Pop star Michael Jackson says his famous ‘moonwalk’ was inspired by Marceau’s sketch “Walking against the Wind”. Marceau played to full houses around the globe averaging 200 shows a year until well into his seventies. He also painted, wrote children’s books and appeared in several movies. On-stage, Marcel Marceau never uttered a single word. Except once. He said the only line in Mel Brook’s ‘silent movie.’ The line consisted of one word, a resounding French ‘Non!’. Marcel Marceau — the man who chased butterflies as Bip — left the worldly stage this week. His career spanned 50 years, and the whole range of human emotions. For Network Europe, I’m Christine Pizziol-Grière.

Quand le mime prend corps

Quand le mime prend corps

Quand le mime prend corps

Cet art est méconnu du grand public, pourtant son histoire se révèle riche et sa pratique, vertueuse. Démonstration en cours du soir avec Ivan Bacciocchi, dans son école de mime à Paris

Ecole International de Mime.Paris, March 2014.

Ecole International de Mime.Paris, March 2014. / Paolo Bona photographer

« Emparons-nous de la chose. » D’une voix douce mais ferme, Ivan Bacciocchi signifie le début du cours. Ce soir, treize élèves, âgés de 19 à 50 ans et plus, sont venus suivre l’enseignement du directeur de l’École internationale de mime corporel dramatique, située au cœur de Belleville, à Paris.

Pieds nus ou en chaussons de danse, les participants se dirigent en silence vers le fond de la salle aux murs de pierre brute. Là, dans un coin, « la chose » est suspendue à la rampe d’un court escalier. « Il est des mots qu’on ne prononce pas », chuchote le professeur glissant le regard vers cette cordelette qui va accompagner les « apprentis mimes » tout au long du cours, de façon visible puis invisible.

Ivan Bacciocchi fut élève puis assistant d’Étienne Decroux (1898-1991), père fondateur du mime moderne. Bien que méconnu du grand public, c’est ce dernier qui a hissé le mime au rang d’art, en opposition à la pantomime du XIXe siècle – divertissement populaire.

Marche sur place

Étienne Decroux a consacré sa vie à établir les règles d’une pratique enseignée aujourd’hui dans le monde entier. La « marche sur place », donnant l’impression que l’acteur avance tout en restant sur place, mille fois reprise depuis lors, c’est lui… « Decroux est la référence du monde professionnel, Marcel Marceau, celle du public », résume Ivan ­Bacciocchi, qui a travaillé avec les deux artistes et en garde un souvenir ému.

Auprès d’eux, il a appris l’exigence de cet art qui recherche la maîtrise du corps. « Par le mime, on cherche à se doter d’un langage universel du corps. On peut aussi venir s’initier avec une relative insouciance, en se disant que l’on va faire appel à sa fantaisie, à son sens du jeu. Mais derrière une facilité apparente, insiste-t-il, se cache une technique complexe. »

Retour au cours, en compagnie des élèves d’Ivan Bacciocchi. Débutent les « rituels », exercices de relaxation et d’échauffement avec « la chose » tendue au-dessus de la tête, talons décollés, puis reposés, jambes pliées puis tendues.

Offrande virtuelle

« Cela peut paraître répétitif, confie le professeur, mais il s’agit de sortir le corps d’un univers – celui du quotidien –, pour entrer dans un autre type de langage. » Vont se succéder divers exercices, celui évocateur de « l’offrande virtuelle » – mimer l’attitude d’offrir une fleur –, ceux sur la « verticalité du corps », minutieux travail sur l’équilibre…

Le mime Marceau s’est éteint à 84 ans

La deuxième partie du cours s’effectue sans accessoire. Thème cher à Decroux, la « marche » révèle toute la virtuosité de cet art. Avec « la marche de l’effort », le groupe avance en ligne d’un pas qui « est une lutte, qui doit montrer l’effort », commente le professeur.

> En images : Le mime Marceau

De même avec « la marche de l’usine », pas saccadés d’avant en arrière, où le poids du corps est « jeté contre l’imaginaire ». Le mouvement tend à rendre visible une lutte physique. Voire philosophique ? « Mets le corps dans l’attitude, la condition, de lutter et tu trouveras où est l’esprit du mouvement, se plaît-on à dire en mime », sourit le professeur. Et la créativité de chacun pourra ensuite librement s’exprimer.

C’est d’ailleurs l’objet du dernier exercice, l’improvisation. Ce soir, il s’agit de créer une saynète en petit groupe sur le thème du « contrepoids », « faire le portrait de l’effort ». La salle est plongée dans le noir. Silence. Lumière.

Isabelle, frêle dame au regard fixe, crée l’illusion de tirer sur la fameuse « chose », qui lui résiste. Son acolyte calque le rythme sur le sien, puis le jeu s’enchaîne à trois… L’effet est réussi. « Voilà, c’est par ces petits mouvements simples mais efficaces, où les proportions sont maîtrisées, que l’effet est obtenu. Merci ! », conclut le professeur.

Raconter des histoires sans rien dire

Il est 21 heures, les élèves se changent avec hâte. Petites confidences. Isabelle, elle, se sent « étriquée dans son corps » et cherche à gagner en souplesse par le mime. Larbi, 34 ans, souhaite acquérir « une plus grande aisance corporelle ».

Quant à Laure, étudiante, c’est le film de Marcel Carné Les Enfants du paradis qui est à l’origine de sa passion. Soixante-dix ans après, la réplique de Frédérick Lemaître (Pierre Brasseur), « l’acteur », au mime Baptiste (Jean-Louis Barrault) résonne comme une évidence.« Toi, les mots, les phrases, ça te laisse froid. T’en as pas besoin ! Tu racontes ta petite histoire sans rien dire (…) Tu parles avec tes jambes, tu réponds avec tes mains, un regard, un haussement d’épaule. Deux pas en avant, un pas en arrière, allez hop ça y est, ils ont compris… ! » Démonstration fut faite, ce soir, que l’art n’est pourtant pas si simple.

Tatiana Lucq

Article de Tatiana Lucq paru dans

La Croix-Rouge française collabore avec Ivan Bacciocchi

La Croix-Rouge française collabore avec Ivan Bacciocchi

La Croix-Rouge française collabore avec Ivan Bacciocchi

La Croix-Rouge française a reçu le Trophée de la Résilience Sociétale lors du congrès « ExpoCrise » organisé les 17 et 18 décembre 2013 à Paris par le Haut Comité Français de Défense Civile. Ce prix vient récompenser le site www.preparezvous.eu développé par la direction de l’Urgence et Secourisme. Formidable outil de sensibilisation aux gestes qui sauvent et conduites à tenir en cas de catastrophe, il représente également un moyen ludique et original de rafraîchissement des connaissances pour ceux qui sont d’ores et déjà formés. Les petits films interprétés par le mime, Ivan Bacciocchi , et déclinés sous forme de jeux sont accessibles au plus grand nombre aussi bien les enfants, que les personnes ne maîtrisant pas la langue française, d’autant plus que le site est entièrement bilingue et dispose d’une version anglaise. Le trophée a été remis à M. Vladimir Ménard, Administrateur de la CRf en présence de l’équipe projet : Patrice Dallem, Directeur de l’Urgence et Secourisme, Hripsimé Torossian et Jean-Daniel Féraud ainsi que les partenaires de la CRf qui ont collaboré à la réussite de ce projet : Jean-Marc Gresta de la société de production Science Frontières – TerreTv, sans oublier l’acteur principal, Ivan Bacciocchi, mime et directeur de l’Ecole internationale de mime corporel dramatique. En cette période de fêtes, un joli cadeau de Noël pour la Croix-Rouge française.

Présentation de la collaboration

Que faire en cas d'hémorragie

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas de brûlure

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas d'étouffement

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas de noyade

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas d'intoxication

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas de malaise

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas de perte de connaissance

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas de plaie

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas de traumatisme

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas d'alerte inondation

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas d'alerte pollution toxique

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas de séisme

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Que faire en cas d'évacuation d'urgence

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Signaux d'alerte

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Catakit

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

Consignes familiales

Ivan Bacciocchi pour la Croix Rouge

160c905c75d1b142f993e77f552ea5battttttttttttttttttttttttt